Elles ont gagné la Libertadores mais ne toucheront pas leur prime qui servira à rembourser les dettes de l'équipe masculine

La honte.

Imaginez-vous remporter la plus prestigieuse compétition de club sur le continent et ne rien toucher du prix qui vous était alloué. C'est ce qui est arrivé aux joueuses de l'Atletico Huila, en Colombie, qui ont remporté la Copa Libertadores contre Santos, ce lundi.

Au lendemain de la finale, Yoreli Rincón, l'une des joueuses du club, a expliqué dans une vidéo que les 48 000 euros initialement prévus pour elle et ses coéquipières allaient finalement servir à... éponger les dettes de la section masculine.

Aldana Cometti, une coéquipière de Yoreli Rincón, a détaillé à l'agence de presse EFE via Marca cette situation vécue comme une injustice par les joueuses de l'Atletico Huila :

"La réalité est que l'argent ira directement au club et que nous le verrons pas, à cause des dettes de l'équipe masculine. Cet argent leur ira directement. Il ne reste plus que notre président, Diego Perdomo, qui prend soin de nous, pour nous donner une reconnaissance de sa propre poche."

Une drôle de récompense pour une équipe qui vient de gagner le premier titre continental de l'histoire du football féminin colombien, dont la fédération a été créée il y a deux ans seulement.

It's all in the game