Selon un média local, le juré représentant les Comores pour le vote du Ballon d'Or... "n'existe pas"

Casper.

Même pas une semaine que le Ballon d'Or a été attribué à Luka Modric qu'une bizarrerie dans le vote a déjà été repérée, relayée notamment par les Cahiers du Foot. Le site comorien d'information Al-watan indique dans un article que le juré des Comores, un dénommé Abdou Boina, n'existe pas. Pire, le média pour lequel il travaillerait, albaldadcomores.com, a fermé ses portes il y a six ans.

"Dans cet organe [de presse], il n'y a jamais eu de reporter du nom d'Abdou Boina", dénonce un photographe sportif de cet ancien journal. Les Cahiers du foot indiquent sur Twitter que le site albaldadcomores.com "envoie désormais sur un tuto 'comment récupérer son ex-petit ami'."

Cette anomalie de France Football a fait grincer des dents aux Comores, d'autant plus que le magazine a fait figurer dans ses pages le mauvais drapeau du pays à côté du nom du journaliste. Un sentiment résumé par Fayssoile Moussa, "un officiel de la CAF aux Comores" :

"Je peux comprendre que Abdou Boina soit un journaliste indépendant ou un consultant. Mais qu’il soit présenté comme venant du quotidien Albalad, constitue un mépris du pays surtout quand France Football présente le pays avec un drapeau qui n’existe plus depuis dix-sept ans".

Par contre, après vérification, les journalistes centrafricains, grenadiens et kirghiz, auteurs des votes les plus loufoques du Ballon d'Or, existent bel et bien. On aurait pourtant juré qu'il s'agissait de faux votes.

It's all in the game