En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

En images : pour ses 100 ans, la Coupe de France s'expose à Paris

Pour ses 100 ans, la Coupe de France a décidé de mettre à l'honneur son histoire et surtout les parcours des petits clubs qui ont fait sa renommée.

Marcel Poblomme (à gauche) et Georges Sesia (à droite) brandissent le trophée pendant le traditionnel tour d’honneur. En 1944, l’équipe fédérale de Nancy-Lorraine vient de remporter la Coupe de France contre l’EF Reims-Champagne au Parc des Princes, devant 32 000 spectateurs. © Archives FFF.

Marcel Poblomme (à gauche) et Georges Sesia (à droite) brandissent le trophée pendant le traditionnel tour d’honneur. En 1944, l’équipe fédérale de Nancy-Lorraine vient de remporter la Coupe de France contre l’EF Reims-Champagne au Parc des Princes, devant 32 000 spectateurs. © Archives FFF.

Pour l'occasion, des clichés exclusifs de la compétition seront exposés sur les grilles de l'Hôtel de Ville de Paris du 22 mai au 15 juin. Cette exposition, organisée par un des sponsors de la Coupe de France, PMU, et Polka Magazine, souhaite mettre en valeur la richesse de l'histoire de la Coupe et saluer le travail des clubs amateurs qui, par leurs parcours parfois grandioses et atypiques, ont écrit la légende de cette compétition.

Le 2 février 2011, le SO Chambéry, victorieux du FC Sochaux (2-1) entre dans l’histoire de la Coupe de France en étant le premier club de CFA2 (5e division) à éliminer trois clubs d’élite lors d’une même édition. © Jean-Pierre Clatot - AFP

Le 2 février 2011, le SO Chambéry, victorieux du FC Sochaux (2-1) entre dans l’histoire de la Coupe de France en étant le premier club de CFA2 (5e division) à éliminer trois clubs d’élite lors d’une même édition. © Jean-Pierre Clatot - AFP

Cette année, le photographe Edouard Elias a également pu se plonger dans l'intimité de certains des petits poucets de la Coupe de France et quelques-uns de ses clichés seront également exposés au cœur de Paris.

2017 03 POLKAPM Fréjus 30 mars 2017, Fréjus. Les joueurs de l’Etoile FC Fréjus - Saint-Raphaël, tout sourire, reçoivent leur maillot pour le quart de finale contre Guingamp, au point de vente PMU La Maison du poulet. © Edouard Elias pour Polka.

30 mars 2017, Fréjus. Les joueurs de l’Etoile FC Fréjus - Saint-Raphaël, tout sourire, reçoivent leur maillot pour le quart de finale contre Guingamp, au point de vente PMU La Maison du poulet. © Edouard Elias pour Polka.

 2017 01 POLKAPMU Poiré sur vie Vestiaire 29 janvier 2017, Le Poiré-sur-Vie. Ambiance décontractée dans le vestiaire après l’entraînement. On est encore à l’abri de la pression du match contre Strasbourg. Timothée Férand et Claude Koutob chahutent. Jonas Charpentier récupère dans une poubelle remplie d’eau glacée. © Edouard Elias pour Polka.

29 janvier 2017, Le Poiré-sur-Vie. Ambiance décontractée dans le vestiaire après l’entraînement. On est encore à l’abri de la pression du match contre Strasbourg. Timothée Férand et Claude Koutob chahutent. Jonas Charpentier récupère dans une poubelle remplie d’eau glacée. © Edouard Elias pour Polka.

28 février 2017, Libourne. Séance d’entraînement sur la pelouse du stade girondin. Bergerac, en repérage, découvre le terrain où il affrontera Lille en 8e de finale dans deux jours. La ville périgourdine n’est qu’à 60 km. Les supporters sont là. © Edouard Elias pour Polka.

28 février 2017, Libourne. Séance d’entraînement sur la pelouse du stade girondin. Bergerac, en repérage, découvre le terrain où il affrontera Lille en 8e de finale dans deux jours. La ville périgourdine n’est qu’à 60 km. Les supporters sont là. © Edouard Elias pour Polka.

Pour admirer ces photographies et vous replonger dans l'histoire de la Coupe de France, rendez-vous autour des grilles de l'Hôtel de ville de Paris du 22 mai au 15 juin 2017.

En 1967, quand le ballon envoyé par le Lyonnais Hector Maison arrive dans la tribune présidentielle, le général De Gaulle, qui honore de sa présence la finale entre Lyon et Sochaux, le renvoie des deux mains. Sa petite phrase « Je dois vraiment tout faire moi- même dans ce pays » déclenche l’hilarité dans la tribune. © Archives FFF.

En 1967, quand le ballon envoyé par le Lyonnais Hector Maison arrive dans la tribune présidentielle, le général De Gaulle, qui honore de sa présence la finale entre Lyon et Sochaux, le renvoie des deux mains. Sa petite phrase « Je dois vraiment tout faire moi- même dans ce pays » déclenche l’hilarité dans la tribune. © Archives FFF.

Que des N’Golo Kanté dans ma team.