En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Entretien avec Matthew Wood, le designer qui dessine les stades anglais

De Loftus Road à Old Trafford, en passant par les regrettés Maine Road ou Highbury, Matthew Wood, designer anglais de 33 ans, tente de rendre aux enceintes les plus emblématiques de l'Angleterre leurs lettres de noblesse. Entretien avec un fou de ballon rond, mais aussi d'Eric Cantona, et de Chris Waddle.

Highbury & Old Trafford (© Matthew J I Wood)

Football Stories | Peux-tu te présenter ?

Matthew Wood | Je m'appelle Matthew J.I Wood, et je suis un designer graphique freelance, basé à Sheffield, dans le nord de l'Angleterre. Je suis totalement fan de football et de mon équipe, Crystal Palace. Cet amour dure depuis bien longtemps maintenant, mais j'ai finalement réussi à combiner mes deux passions : le football et le design.

Pourquoi as-tu décidé de travailler sur le football, justement ?

Au départ, j'ai seulement voulu dessiner ces posters pour des amis et ma famille. J'ai commencé il y a deux ans. Mais avec le temps, mon travail est devenu de plus en plus populaire, alors j'ai décidé d'en produire plus. Aujourd'hui, ça devient quelque chose d'addictif !

Comment procèdes-tu dans ton travail ? Où trouves-tu l'inspiration ?

Pour les affiches de stade, j'essaie d'abord de chercher les coins les plus mythiques des enceintes, ou les tribunes les plus emblématiques (Stretford End pour Old Trafford, par exemple). À partir de là, je vais ensuite chercher mon image sur laquelle je vais baser mon travail. J'apprécie vraiment de pouvoir produire également des affiches de stades qui n'existent plus (Maine Road, Highbury, Filbert Street, The Dell ou White Hart Lane), mais trouver des images dans ce cas-là peut parfois s'avérer délicat.

J'ai également deux grandes sources d'inspiration dans le design graphique : Cassandre, et le grand Alan Fletcher.

Pourquoi cette obsession pour les stades ?

Personnellement, à chaque fois que j'ai visité un stade, ça m'a toujours marqué, même si ce sentiment est moins fréquent aujourd'hui avec l'explosion des nouveaux stades un peu plus aseptisés outre-Manche. C'est cette sensation que mes affiches tentent de refléter. Dans le monde du football, les stades sont nos églises à nous, amoureux du ballon rond. 

Tu as travaillé aussi sur deux personnages que l'on connaît bien en France : Chris Waddle et Eric Cantona.

Je vis à Sheffield, où Chris Waddle est également vénéré, comme à Marseille. Eric Cantona, lui, est une véritable icône du football moderne. Le football anglais a toujours eu la chance d'attirer d'incroyables joueurs étrangers, mais personne n'a eu autant d'impact que Cantona.

Dessiner autre chose que des stades anglais te tente ?

Je rêve de produire des affiches de stades internationaux - la France est pleine d'enceintes totalement mythiques - mais je veux avant tout focaliser mon travail sur la majorité des 92 équipes anglaises des quatre premières divisions. 

Eric Cantona & Chris Waddle (© Matthew J I Wood)

Vous pouvez trouver l'ensemble du travail de Matthew sur son site internet ou sur son compte Facebook.

Mes doigts se baladent sur le clavier comme un ballon dans les pieds de Bouna Sarr.