Un championnat de commentateurs de foot lancé à Lyon pour allier ballon et pédagogie

En avril prochain, une compétition de commentateurs sportifs aura lieu à Lyon pour favoriser la mixité entre les jeunes. 

Caroline Arnaud, réalisatrice et journaliste de profession, s'est toujours engagée pour des projets sociaux. Récemment, elle a lancé une compétition de commentaires à Lyon, "Raconte-moi un match", permettant aux jeunes de 14 à 18 ans d'allier football et pédagogie. Entretien.

Bonjour Caroline. Comment t’es venue l'idée de lancer cette compétition de commentateurs ? 

J’avais envie de développer des ateliers créatifs et collaboratifs pour que des jeunes qui n'ont pas l'habitude de pratiquer des activités ensemble puissent se rencontrer. Ça faisait longtemps que je cherchais un outil, un terrain commun qui puisse fédérer ces jeunes. Un soir, je suis tombée sur un documentaire d'Arte radio, et j’ai entendu deux jeunes qui commentaient un match de FIFA. C'est là que je me suis dis qu’il y avait quelque chose à faire dans ce domaine : le commentaire de foot. Le foot c’est très fédérateur et le commentaire en lui même est quelque chose d’exigeant qui permet de développer plein de capacités, l'expression orale et la confiance en soi notamment.

raconte-moi-un-match

Comment ça se passe concrètement ? 

Nous avons trois structures qui accueillent entre 6 et 10 jeunes chacune. On a pour objectif de les accompagner de manière qualitative, et on leur demande un engagement sur la durée (7 séances). Nous avons trois journalistes sportifs spécialisés dans le commentaire qui conseillent nos jeunes : Gaël Berger (Radio Scoop), Julien Huët (Tonic Radio) et Willy Maisonnasse (RTL).

Nous avons déjà effectué 3 séances et on sent que nos jeunes se lâchent tous déjà un peu plus. On travaille sur le commentaire radio, qui est largement différent du commentaire TV. Ils sont obligés de parler tout le temps, un petit silence à la radio peut sembler très long à l’auditeur. Ça leur demande de développer beaucoup de compétences. À leurs âges (entre 14 et 18 ans), bien savoir s'exprimer est quelque chose d'important. C’est un vrai atout pour la vie, qui va bien au-delà de l’ouverture au journalisme.

Une fois la formation terminée, le concours de commentateurs aura lieu le 22 avril avec un jury de renom : Omar Da Fonseca, Grégoire Margotton et Corine Petit. Ça a été difficile de les convaincre ?

Ils ont été très réceptifs. La plus grosse difficulté, c’était leurs disponibilités, parce qu’ils sont très occupés. Mais ils ont tout de suite adhéré au projet. Grégoire Margotton est d’origine lyonnaise donc il est très enthousiaste à l'idée de revenir à Lyon et d'aider des jeunes sur place. Je n'ai vraiment pas eu de mal à les convaincre. En plus de ça, le parrain de notre opération est Cris, l'ancien joueur lyonnais. C’est agréable de bosser avec des gens comme eux, qui ont le cœur sur la main.

Vous espérez quand même dégoter le prochain Thierry Roland parmi ces jeunes, ou ce n’est vraiment pas l’objectif ?

C’est peut-être Omar Da Fonseca qui nous le dira à l’écoute des prestations (rires). Mais c’est vrai qu’il y en a déjà un ou deux qui nous ont bien bluffés. Donc pourquoi pas, on peut rêver.

Afin de réaliser cet événement, vous avez lancé un crowdfunding. À quelques jours de la fin de la collecte, vous en êtes à 50% de l'objectif. Un petit mot pour convaincre nos lecteurs de participer à ce beau projet ?

Déjà, le projet peut suffire à les convaincre. Ensuite, il y a les contreparties. S’ils sont à Lyon, à partir de 40€ de dons ils pourront être présents à cette journée, rencontrer le jury et Cris. Ceux qui donneront plus peuvent constituer un binôme et participer au championnat avec les jeunes. Pour ceux qui ont toujours rêvé de faire du commentaire de foot, c'est l'occasion parfaite d'allier l'utile à l'agréable (rires).

Paul Pogba est le meilleur joueur du monde.