En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Avant Neymar, quels sont les joueurs qui ont connu des présentations de folie ?

Si le show de Neymar au Parc des Princes face à Amiens a marqué les esprits, elle ne fait que rentrer dans l'immense cercle des présentations historiques de joueurs. Car face aux autres pays du monde, la France fait figure de novice quand il s'agit de présenter des nouvelles recrues. Florilège.

Cristiano Ronaldo, la plus brillante

Il était alors le joueur le plus cher de l'histoire. Avec un transfert à 94 millions dans le club le plus prestigieux du monde, le Portugais Cristiano Ronaldo ne pouvait pas se permettre autre chose qu'une présentation grandiose. Il faut dire que la Maison Blanche sait faire : Kaká, James Rodriguez, Benzema, Bale... On ne compte plus ces recrues stars qui ont profité d'un immense bain de foule dans l'enceinte madrilène.

Un Santiago Bernabeu plein à craquer, un Florentino Perez qui bombe le torse devant Alfredo Di Stefano, un CR9 ému au sourire ultra brite, et des supporters qui braillent dès que le Portugais ouvre la bouche : la grande classe, 100 % paillettes. Une référence.

Diego Maradona, la plus folle

5 juillet 1984 : après un passage au FC Barcelone, où il est notamment élu meilleur joueur du championnat, Diego Armando Maradona arrive à Naples pour une somme de 12 millions de dollars, record de l'époque. Le "pibe de oro" s'offre alors une présentation à la hauteur de son génie. 70 000 personnes viennent l'applaudir à San Paolo pour voir ses premiers gestes sous le maillot napolitain. Une ambiance hors norme et une vraie folie. Maradona, quoi.

Carlos Tévez, la plus émotionnelle

À Buenos Aires, l'éternité dure onze ans. Entre 2004 et 2015, Tévez prend le temps de devenir un des attaquants qui comptent le plus sur la scène européenne, avec notamment des passages réussis à United, City ou la Juve. Mais il y a deux ans, Carlitos décide de rentrer à la maison. Boca Juniors l'accueille à nouveau, après l'avoir formé durant sept années. 45 000 supporters sont présents pour le rapatriement de l'enfant prodigue, dont un certain Maradona. Le retour au bercail est réussi, ce qui ferait presque oublier que deux saisons plus tard, l'Apache ne résistera pas aux sirènes de la Chine et de Shanghai.

Marco Pérez, la plus douloureuse

Modeste attaquant Colombien, Marco Pérez est loin d'avoir marqué la Liga de son empreinte. Prêté par le club de Boyacá à Saragosse durant la saison 2010-2011, celui qui évolue désormais pour le Deportes Tolima est présenté en grande pompe à la Romareda. Et à peine la pelouse foulée que l'incompréhension prend le dessus : le Colombien à la technique douteuse tente un enchaînement risqué râteau + passement de jambes en mode Fifa Street.

Et même si aucun défenseur n'était présent pour le déstabiliser, Pérez ne peut éviter la gamelle. Sa volonté de se relever la tête haute, comme si de rien n'était, n'y changera rien. Ce malaise restera la meilleure image de sa carrière.

Lucas Digne, la plus gênante

Si la Liga est devenue la reine des présentations de joueurs, c'est aussi pour le pire. Le FC Barcelone en est un pionnier : si Douglas, l'arrière droit des Blaugrana, a raté sa série de jongles et a probablement inspiré Théo Hernandez, l'arrivée de Lucas Digne reste un ovni. Débauché pour 20 millions d'euros au PSG, l'ancien Lillois débarque soudain sur la pelouse avec un drôle de masque sur le nez.

Mais cet accoutrement n'est pas une dédicace à Zorro ou à Moncef Zerka. Il était tout simplement la trace d'une récente rhinoseptoplastie, lui recouvrant une partie du visage. Alors oui : Digne a peut-être réussi sa série de jongles, mais les quolibets émanant des réseaux sociaux, sans pitié, ne lui ont laissé aucune chance.

Mes doigts se baladent sur le clavier comme un ballon dans les pieds de Bouna Sarr.